Charte associative

L’Association Marie-Hélène s’est créé autour de valeurs fondamentales qui consistent à toujours répondre aux besoins des personnes polyhandicapées ou autistes en rappelant sans cesse que tout accompagnement de qualité est basé sur le respect, la dignité et la défense de leurs droits.

Marc POIRIER

Président du Conseil d’Administration

Cette charte n’a d’autre objectif que d’énoncer les valeurs qui président à l’accompagnement des personnes accueillies dans les établissements de l’Association Marie-Hélène.

Les Homes, car il s’agit bien des maisons des personnes accueillies, reçoivent des enfants et des adultes polyhandicapés ou autistes.

Cependant, tous les professionnels doivent se reconnaître dans les valeurs fondamentales autour desquelles se construisent tous les projets : la dignité, le respect, l’égalité, le bien-être, la considération à l’égard de leurs familles et un engagement professionnel au service des résidents des Homes.

1) Toutes les personnes qui résident dans les Homes sont des sujets de droit.
A ce titre, chaque accompagnement qu’il soit d’ordre médical, éducatif ou de loisir est basé sur le respect de la personne. Excluons d’emblée tout acte ou toute idée où l’humanité et le bien-être de la personne ne seraient pas la base du projet. Reconnaissons leurs individualités, en ayant toujours en tête ces questions : « Est-ce que j’aimerais que l’on fasse ainsi avec moi ?, que l’on me parle de cette façon ?, que l’on parle ainsi de moi ?, que l’on ne me parle pas ? ».

2) La dépendance et la dignité ne s’opposent pas.
La dignité s’exprime dans des attitudes tout au long du séjour de la personne. Respectons son intimité, son intégrité et sa vie privée. Veillons à lui parler le plus possible en nous adressant à elle avec un langage simple et adapté. Prenons en compte ses désirs et non nos propres volontés.

3) Le confort physique et psychique des résidents des Homes doit être garanti.
La sécurité et le bien-être sont les deux pôles incontournables de notre action.

4) Toute forme de violence est exclue, qu’elle soit physique, verbale, morale ou de toute autre forme, comme la routine, par exemple… C’est un sujet crucial sur lequel il faut sans cesse mener une réflexion au sein de chaque Home.

5) Veillons à donner du sens à toutes les actions que nous entreprenons.
L’accompagnement des personnes s’exerce de façon globale et doit présenter une grande cohérence. Respectons avec rigueur les projets institutionnels et individuels afin de mieux répondre aux besoins des personnes que nous accueillons. Une fréquente réactualisation de ceux-ci est indispensable.

6) Les régressions peuvent être inhérentes à l’évolution de la personne polyhandicapée ou autiste.
Elles ne doivent en aucun cas être les conséquences d’un épuisement ou d’un abandon des professionnels.

Notre engagement doit demeurer dynamique tout en acceptant que nos actions médicales, éducatives ou rééducatives aient des limites. Le respect de nos valeurs de base doit primer dans tout ce que nous entreprenons.

7) Respectons et protégeons l’histoire des personnes et de leur famille.
La discrétion et le secret professionnel sont de rigueur. Prenons garde à ne pas porter des jugements de valeur sur les attitudes et les idées des familles.

8) Abstenons-nous de tout jugement, ne nous substituons pas aux familles.
Ayons la même considération pour tous les résidents et toutes les familles quelles que soient leurs origines. Soyons à leur écoute en instaurant une relation de confiance et de collaboration. Prenons en compte leurs souffrances, leurs souhaits et priorités. Agissons avec leurs enfants dans une relation d’aide et de conseil.

9) Au même titre que les résidents des Homes, leurs parents ne doivent, en aucun cas, faire l’objet de pression ou être l’enjeu de conflit entre professionnels.

10) Le respect des compétences, de la spécificité et du travail de chaque professionnel  est un facteur essentiel au bien-être des personnes accueillies, ce qui implique complémentarité entre les différents professionnels et une élaboration collective des différents projets.

11) La qualification et la formation professionnelle continue constituent des facteurs essentiels pour le développement de la qualité du service aux résidents.
C’est aussi une aide indispensable pour ne pas rester dans des habitudes et permettre à chacun d’évoluer dans son domaine professionnel.

12) Les conditions de travail des professionnels, le fonctionnement et l’image des Homes sont à prendre à compte mais le respect et le mieux-être des résidents des Homes restent la priorité absolue.

Gardons toujours à l’esprit que malgré la déficience, il existe toujours une richesse et des possibilités.

Il importe de croire en l’autre et de placer son bien-être au premier rang de nos préoccupations.

A ce jour, la question principale que doivent se poser les professionnels est celle de la qualité de vie que l’on propose et comment la rendre encore plus confortable.

« Il ne s’agit pas de prévoir l’avenir,
Mais de le rendre possible. »

Antoine de Saint-Exupéry